3 conseils pour faire la paix avec son corps et sa bouffe

Je n'ai pas envie de te faire croire aux contes de fées, ni de te proposer une nouvelle recette d'accès facile au bonheur. Je ne désire pas te vendre de shake, ni de pilule miracle pour atteindre tes objectifs. Tout ce que je désire, c'est te faire voir TA réalité, TA personnalité et TA liberté... Je désire te faire goûter à ce changement positif qui émerge quand tu acceptes enfin de faire la paix avec ton corps et ta bouffe. 

Je suis consciente que j'ai peu de pouvoir sur ton processus, sur tes pensées et sur tes choix, mais j'ai surtout envie de croire que tu as envie de ce changement. J'ai envie de sentir que tu reconnais les pièges de la mentalité des régimes et que tu veux les éviter et mettre tes énergies ailleurs. J'ai envie de croire que tu es rendue là et que tu es prête. Je suis convaincue qu'il y aura sur ce groupe ou ailleurs, un moment déclencheur pour t'aider à changer ton mindset et tes habitudes. Je me dis que ce matin, après la lecture de ce texte, tu vas prendre 2 minutes de plus dans la salle de bain pour, non pas regarder ton corps que tu as l'habitude de critiquer, mais bien pour te regarder directement dans les yeux et apprécier la réelle personne que tu es! 

Pour t'aider dans ton processus de liberté alimentaire, j'ai pensé te partager quelques pistes de réflexion que voici. 

 

1) Arrête d’essayer de perdre du poids ou de maintenir un poids atteint en mode diète. POINT! 

Et je sais que même si l’essence de cette stratégie est simple, elle est loin d’être facile. Mais il s’agit réellement d’un principe clé pour parvenir à faire la paix avec la nourriture, car l’obsession du poids est pas mal toujours ce qui nous ramène au point de départ et à ce sentiment d’échec lié aux diètes. Essayer de changer son apparence et son poids en exerçant un contrôle sur ses signaux de faim et de satiété entretien cette relation malsaine avec la nourriture. Cela mène aussi inévitablement à ce sentiment de confusion par rapport à la nourriture ainsi qu’à des comportements de perte de contrôle. La prochaine fois que tu ressentiras le besoin immédiat de te lancer dans ce nouveau plan alimentaire ou ce truc à la mode pour perdre du poids, fais ton  possible pour aller au-dela de ce désir et questionne-toi sur tes réelles motivations et sur ce que tu désires vraiment en voulant changer ton corps. Parce que dans cette société moderne obsédée par les diètes, on nous répète depuis longtemps qu’avoir un corps mince nous mènera instantanément au bonheur, à la santé, au sentiment d’être acceptée et aimée. Les médias et la publicité nous vendent cette idée chaque jour et la majorité d’entre nous adhérons sans même s’en rendre compte. Donc quand on ressent l’urgence de perdre du poids, revenons à ce que nous recherchons réellement… à un niveau plus profond! Même si vouloir perdre du poids peut sembler etre la motivation principale, je vous garantis que ce désir ramène toujours à une histoire plus profonde que celle du poids. C’est ce que j’ai compris au cours des 4 dernières années à force de discuter avec mes clientes. Et si vous arrivez à nommer le désir réel, vous arriverez à trouver des façons plus positives de combler le besoin réel, parce que clairement… la poursuite du poids bonheur n’a rien à voir!

 

2) Accepte que tu as besoin de manger quand tu as faim et que parfois, tu peux ressentir le besoin de manger pour des raisons autre que la faim physique.

Il est super important d’honorer ses signaux de faim lorsqu’ils se font ressentir et de faire confiance à son corps lorsqu’il t’envoie le message que tu as besoin de nourriture. Parce que les régimes nous ont appris à se méfier de nos signaux de faim et ne nous autorise pas à manger lorsque ce n’est pas le temps. Il faut définitivement apprendre à faire la paix avec sa faim. Et se donner le droit également… de manger même si c’est seulement parce qu’on en a envie. Ce n’est pas obliger d’être constamment physique. Il faut donc faire attention de ne pas interpréter l’alimentation intuitive comme une diète… une erreur fréquente que font les gens qui commencent à s’intéresser à cette philosophie. Parce qu’à partir du moment où on se dit qu’on a le droit de manger seulement lorsqu’on a vraiment faim et qu’on doit s’arrêter au premier signe de satiété, on est dans les règles et cela nous ramène à la mentalité des diètes. Et pour retrouver une relation saine avec la nourriture, il faut absolument rejeter cette mentalité. C’est littéralement le premier principe à mettre en place, avant quoi que ce soit. Il est important de reprendre le contrôle et de se donner le droit de manger autant quand notre corps nous donne des signaux de faim clairs, mais aussi quand il ne le fait pas et qu’on ressent le désir de manger quand même. Cela peut se produire dans une situation sociale particulière ou lorsqu’on a eu une mauvaise journée et qu’on a besoin de réconfort ou simplement à ce moment où on n’arrive pas à se sortir la bouffe de la tête. Le « emotional eating » est quelque chose de normal tant et aussi longtemps que ca se produit de façon occasionelle. Et faites attention, parce que ce qu’on peut parfois prendre pour du emotionnel eating s’avère très souvent être des comportements normaux en lien avec la privation. C’est si facile de se culpabiliser et de penser qu’on a un problème avec le emotional eating, quand au fond, notre corps est juste affamé. Voilà pourquoi je reviens à l’importance de faire confiance à cette petite voix intérieure qui vous dit de manger, plutôt que d’essayer de la déchiffrer! Que ce soit une vraie ou une fausse faim, vous serez éventuellement capable de le savoir seulement si vous rétablissez d’abord cette relation de confiance avec votre corps. 

 

3) Rappelle-toi le mouvement du pendule et fais preuve de bienveillance envers toi

Je termine en te rappelant que l’un des moyens les plus efficace pour arrêter de jouer au yoyo avec ton alimentation est de de stopper l'effet du pendule en comprenant le principe de restriction. Tu sais ce que c'est un pendule? Et bien le pendule de restriction est la réaction naturelle de ton corps à la privation. Chaque fois que le pendule bascule du côté de la restriction - ce que la culture diététique définit comme «succès» et «être bon» -, il y aura inévitablement un retour en arrière, car ton corps perçoit la restriction comme dangereuse. Les régimes alimentaires (ou ce qu'on nomme maintenant les «changements de style de vie» ou les «plans alimentaires») ressemblent bien souvent à une famine. Même le régime qui s'apparente comme le plus «doux», aura quand même un effet de balancier du pendule du côté de la restriction, suivi d'une réponse naturelle de ton corps (bascule du pendule vers l’autre côté): avoir des cravings intenses, manger BEAUCOUP, se sentir hors de contrôle avec de la nourriture, binger, etc. Rappelle-toi juste qu'une fois en mouvement, un pendule ne peut pas s’arrêter au milieu. Il doit balancer dans la direction opposée avec une force égale... c'est inévitable! Ton corps est exactement pareil. Il ne trouvera ni calme, ni paix, tant qu’il n’aura pas surpasser la restriction.

J'espère que cet article t'a plu. Je me suis longtemps senti seule dans ce cercle vicieux et pourtant... je réalise que la réalité est qu'on est plusieurs à vivre cette réalité en silence. N'hésite pas à partager, à commenter, à écrire toi aussi! 

K xox

Laisser un commentaire